Claude LMP
by on 1 October, 13:07 pm
2,497 views

 

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №1

LES 8 CRITÈRES DE TORTURES PSYCHOLOGIQUES : MÉTHODES DE SOUMISSION A LA COVID-19

Ce que le monde vit actuellement sous couvert de l’épidémie du coronavirus avec les confinements obligatoires, le port du masque, la restriction des liens sociaux, la vaccination obligatoire (c’est presque ça), nos libertés qui disparaissent les unes après les autres etc. tout cela ressemble fort à s’y méprendre à de la torture…

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №2

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №3

A l’heure ou le monde entier s’est arrêté de tourner à cause d’une épidémie ressemblant fort à une grosse grippe, nous pouvons faire un parallèle entre ce que le(s) gouvernement(s) inflige à son peuple pour « son bien » et la charte de Biderman. Comme si tout était lié dès lors que nous prenons assez de hauteur et que nous entrecroisons les faits, nous arrivons à un point central récurrent, celui d’un agenda mis en place depuis bien longtemps.

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №4

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №5

Albert D. Biderman est un sociologue auteur entre autre d’un ouvrage de référence , »The Manipulation of Human Behavior » (la manipulation du comportement humain), qui a définit les méthodes développées pour faire plier psychologiquement un être humain. Sa charte est reprise par Amnesty International pour définir la torture. Toute ressemblance avec l’actualité et le comportement de certains gouvernements et multinationales seraient fortuite…

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №6

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №7

« Le terme torture désigne tout acte par lequel une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, sont intentionnellement infligées à une personne aux fins notamment d’obtenir d’elle ou d’une tierce personne des renseignements ou des aveux, de la punir d’un acte qu’elle ou une tierce personne a commis ou est soupçonnée d’avoir commis, de l’intimider ou de faire pression sur elle ou d’intimider ou de faire pression sur une tierce personne, ou pour tout autre motif fondé sur une forme de discrimination quelle qu’elle soit, lorsque de telles douleurs ou souffrances sont infligées par un agent de la fonction publique ou toute autre personne agissant à titre officiel ou à son instigation ou avec son consentement exprès ou tacite. Ce terme ne s’étend pas à la douleur ou aux souffrances résultant uniquement de sanctions légitimes,inhérentes à ces sanctions ou occasionnées par elle. »

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №8

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №9

Les tortures psychologiques basées sur la charte de Biderman sont utilisées par tous les pays totalitaires mais également dits démocratiques lors de guerre. C’est dans les années 1950 que le psychologue social Albert Biderman qui a travaillé pour l’armée Américaine ( CIA ) écrivit un article relatant les techniques de torture utilisées par les soldats Chinois lors de la guerre de Corée.

Le tableau qu’il l’a dressé de ces tortures est appelé le DDD ( debility, dependence, dread ) :

  • Débilité
  • Dépendance
  • Peur

L’avantage de cette charte de Biderman est de recouvrir à la théorie du conditionnement sans violence physique excessive.

C’est de la torture propre, voici les 8 critères :

  • Isolement
  • Monopolisation de la perception
  • Épuisement induit
  • Menaces
  • Indulgences occasionnelles
  • Démonstration de toute puissance
  • Dégradation
  • Demandes stupides imposées

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №10

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №11

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №12

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №13

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №14

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №15

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №16

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №17

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №18

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №19

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №20

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №21

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №22

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №23

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №24

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №25

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №26

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №27

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №28

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №29

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №30

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №31

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №32

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №33

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №34

Quels outils pour résister au conditionnement mental de la Charte de Biderman ?

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №35

En septembre 1957, le sociologue américain Albert D. Biderman (1923-2003) publie, dans le Bulletin of the New York Academy of Medicine, un article décrivant les méthodes utilisées par les interrogateurs chinois lors de la guerre de Corée pour induire un comportement de soumission permettant “[d’]obtenir de faux aveux de la part des prisonniers de guerre de l’Armée de l’air.”

Il y met en évidence deux grandes dynamiques grâce auxquelles les meilleurs résultats obtenus sont bien plus fiables qu’en utilisant la torture physique :

Premièrement, “la peur constante de la violence dans l’esprit du prisonnier semble avoir joué un rôle important pour l’inciter à se soumettre”. Il s’agit essentiellement de vagues menaces sous-entendant que les geôliers étaient prêts à faire des “choses radicales” (drastic things).

Deuxièmement, la mise en oeuvre de techniques destinées à “miner la résistance du prisonnier” (undermine the resistance of the prisoner) en retournant l’individu contre lui-même. Confirmant les travaux précédents de Hinkle et Wolf, Biderman conclut qu’elles permettent de manipuler le comportement humain au sein d’un environnement contrôlé.

Lorsqu’on demande à l’individu de rester au garde-à-vous pendant de longues périodes, (…) la source immédiate de la douleur n’est pas l’interrogateur, mais la victime elle-même.
Albert D. Biderman, 1957

Le sociologue en déduit huit “mesures générales” qu’il synthétise dans un tableau connu comme la Charte de contrainte de Biderman (Biderman’s Chart of Coercion).

En ces périodes de COVID, on a vu resurgir cette charte sur les réseaux sociaux avec, en parallèle des mesures de Biderman, les dispositions prises par certains régimes démocratiques pour, selon le message officiel, contenir la diffusion du virus. Quelles aient été prises de manière consciente ou non par nos élus — motivés soit par un outil (providentiel ?) accélérant le lancement programmé d’un “grand reset”, soit, plus prosaïquement, une profonde panique face aux responsabilités que les électeurs leur ont confiées —, il n’en reste pas moins que le parallèle est intéressant à observer, avec une bonne nouvelle néanmoins : comme l’illustre Biderman, la manipulation de l’individu ne fonctionne qu’en environnement contrôlé .

Ainsi, il est assez simple de mettre en évidence un certain nombre de contre-stratégies permettant de conserver un esprit clair face au risque :

D’abord, se souvenir que le risque est le produit d’une menace (le virus) et d’une exposition (notre vulnérabilité individuelle) : lorsque la menace est faible pour la plupart des individus en bonne santé qui restent, de surcroit, en parfaite maîtrise de leur exposition, on peut en conclure que le risque de tomber malade est marginal pour la population générale.

Ensuite, sans passer par un stage de formation militaire dans lesquels on simule une capture par des forces ennemis (menaces, isolement, traitements dégradants), il est possible de mettre en oeuvre quelques mesures de simple bon sens permettant de prendre le recul nécessaire à éviter un conditionnement mental délétère à la fois individuellement et collectivement.

J’en ai listé quelques-unes dans le tableau ci-dessous et présente, par avance, toutes mes excuses aux vendeurs de voitures…

CHARTE DE COERCITION DE BIDERMAN, image №36

 

Posted in: News
Like (3)
Loading...
3