Claude LMP
by on 21 December, 11:04 am
199 views

Ces lois que Vichy nous a léguées

 

Ce livre va déranger. Sa lecture achevée, un vertige nous prend. Oui, nous vivons bien dans l'héritage de Vichy. Cette continuité de l'Etat français, reconnue sur le plan de la responsabilité par Chirac, réaffirmée par Hollande, est inscrite aussi dans notre vie quotidienne. Chaque secteur est touché. La démonstration est d'autant plus efficace qu'elle s'appuie sur un relevé systématique des lois et des décrets. Aucun bla-bla ni parti pris, le propos est sobre, factuel. Cécile Desprairiess'en est tenue à 100 mesures, mais avoue qu'elle aurait pu aller au-delà. Certaines sont directement héritées de l'esprit vichyste, comme la fonction de PDG, qui avait pour but, sur le modèle maréchaliste, de renforcer la responsabilité et les pouvoirs du dirigeant d'entreprise. D'autres participent d'un flicage et d'une surveillance de la vie professionnelle, comme la mise en place de la carte d'identité, la création des ordres - celui des médecins fut le premier. La constitution d'une police d'Etat, qui prend le pas sur les polices municipales, permit également à Vichy de renforcer son pouvoir. Le salaire minimum, ancêtre du smic, ou le menu à prix fixe sur les cartes de restaurant relèvent d'un encadrement général des revenus et des dépenses. Mais toutes ces mesures sont à rapporter à l'idéologie de Vichy, qui, terroir et traditions obligent, créa le Meilleur ouvrier de France ou mit en valeur les AOC.

Plus troublant encore : certaines lois, qui sont encore les nôtres aujourd'hui, furent inspirées et imposées par l'occupant allemand. L'exemple du délit de non-assistance à personne en danger est un des plus spectaculaires, car sa répression naît des attentats perpétrés contre des soldats allemands où les Français refusaient de porter secours aux blessés. En criminalisant un non-acte, cette loi va à l'encontre de notre droit romain, qui ne punit que les actes. Mais elle sera conservée à la Libération, comme beaucoup d'autres. Législativement, le retour du général de Gaulle et la mise en place de la IVe République ne marquèrent donc pas la fin de la parenthèse vichyste, comme on l'a trop souvent dit. Autre exemple : la création des régions, qui ressuscitent le vieux modèle des provinces. L'auteur émet l'hypothèse que les ministres vichystes furent influencés par le système du Gau allemand et une carte du géographe nazi Walter Christaller, qui avait découpé la France selon un tracé très proche du schéma retenu.

Savoir d'où l'on vient : telle est aussi la réponse à laquelle l'historien doit répondre. A cet égard, "L'héritage de Vichy" est un grand livre d'histoire, salutaire, qui éclaire sous un angle nouveau la période traitée, mais plus encore notre vie de tous les jours. Voilà le familier qui prend soudain un relief très étrange et qu'il va falloir regarder droit dans les yeux. Un ouvrage, qui s'intitulait "Vichy, un passé qui ne passe pas", fit jadis quelque bruit. Celui-là pourrait s'appeler "Vichy, un passé très présent".

Petit inventaire de l'héritage

La sirène du premier mercredi de chaque mois : pour tester la défense passive.

Les eaux minérales : mises en valeur selon les régions pour combattre l'alcoolisme.

Le moniteur de colo : un diplôme d'encadrement est créé, dans le cadre du développement du sport, en particulier en montagne, où de nombreuses stations sont ouvertes et étendues.

La licence IV : la mise en place de la licence, sur un fond bleu-blanc-rouge, restreint la vente d'alcool, dans le cadre de la lutte contre la décadence nationale.

Le rugby à XV : l'emporte sur le jeu à XIII, interdit car jugé trop anglais et associé au Front populaire, qui l'avait encouragé.

Le handball : ce sport collectif, le seul d'origine allemande, est imposé par l'occupant.

La fin des îlots d'insalubrité : Vichy marque la naissance de notre Code de l'urbanisme. Dans ce cadre, on met à bas des pâtés de maisons jugées non conformes aux normes d'hygiène. Le Marais, quartier juif, devait être rasé, mais la mesure fut annulée.

Le boulevard périphérique : les premiers plans sont établis sous le régime de Vichy afin de séparer Paris de la banlieue rouge et d'améliorer la circulation des convois militaires. Seul un tronçon sera construit, vers la porte de Vanves, les matériaux étant réquisitionnés pour le mur de l'Atlantique.

" De nombreuses ordonnances de 1945 sont en fait des "resucées" de Vichy ".

Le Point : Avez-vous été surprise par l'importance de l'héritage de Vichy dans notre société ?

Cécile Desprairies : Oui et non. J'étais partie avec certaines intuitions. Je trouvais ainsi étrange le classement de notre Code de la route. J'ai découvert que notre " sens interdit " actuel - auparavant, l'expression était écrite sur le panneau - avait été mis en place pour que les Allemands le comprennent. Grands cartographes, ils ont aussi multiplié les éléments de signalisation que nous avons conservés. Autre exemple avec L'Officiel desspectacles : pourquoi les cabarets ouvraient-ils le classement, avant le théâtre ou les films ? Le magazine a été créé pendant la guerre et les Allemands étaient d'abord intéressés par les cabarets. Pour écrire ce livre, j'ai vérifié mes intuitions en consultant 16 000 textes de loi dans le Journal officiel et dans son équivalent allemand. Il faut être rigoureux et en revenir au texte : on constate que de nombreuses ordonnances de 1945 sont en fait des " resucées " de lois décidées sous Vichy. Je croyais que l'ordre des experts-comptables avait été créé après la Libération et j'ai découvert qu'il avait été fondé sous Vichy : notre système comptable dérive d'ailleurs des circulaires Göring, qui voulaient unifier la comptabilité en Europe pour faciliter les affaires.

C'est donc une continuité dérangeante que vous mettez en lumière grâce à ce corpus législatif...

En peu de temps, Vichy a énormément légiféré. Le régime a un projet de " révolution nationale ", on veut tout changer dans tous les domaines. Vichy avait l'obsession de la sécurité et de la prévention. D'où un nombre élevé de réformes encore en vigueur sur les normes de sécurité, les issues de secours, l'interdiction de fumer dans les lieux publics, mais aussi la médecine du travail, le carnet de santé, de vaccination, la visite médicale à l'école, le certificat prénuptial, la retraite pour les vieux... Tout date de cette époque. Vichy repense aussi les relations sociales : le comité d'entreprise, les tickets-repas, la cantine d'entreprise...

Comment évaluer cet héritage ?

Je ne veux pas juger, mais comprendre. Il ne s'agit pas de réhabiliter l'oeuvre de Vichy, qui entache la France, mais de connaître l'origine des choses et de la société dans laquelle nous vivons. Il ne faut pas se voiler la face. En 1945, de Gaulle a déclaré : la France a besoin de ses enfants, de tous ses enfants. Le pays s'est reconstruit sur ce malentendu. Nous avons hérité des grosses miettes d'un vaste projet de société né sous Vichy.

https://www.lepoint.fr/societe/ces-lois-que-vichy-nous-a-leguees-11-10-2012-1695073_23.php#

Posted in: Independent Press
Topics: #coupetat
Be the first person to like this.