Claude LMP
by on 4 January, 14:52 pm
534 views

PRÉPAREZ-VOUS POUR LA SEMAINE QUI CHANGERA L’HISTOIRE ! Donald TRUMP

Par: Sorcha Faal *** ARTICLE INTÉGRAL *** 2021-01-03

Un nouveau rapport perspicace du Conseil de sécurité, qui circule aujourd'hui au Kremlin et qui traite des événements liés au 60e jour de la guerre électorale, qui fait actuellement rage en Amérique, indique que le New York Post est le premier à avoir résumé ce qui sera l'une des semaines les plus importantes de l'histoire américaine en déclarant hier : "Avec des excuses à Mark Twain, les rapports sur la mort de Trumpism sont prématurés... Au moins pour quelques jours de plus, Donald Trump a le droit de continuer à contrarier les plans soigneusement élaborés à Washington... Juste quand il semblait que le président était sur le point d'être abandonné par son propre parti, un nombre croissant de membres du Congrès du GOP s'engagent dans un ultime effort pour contester les résultats des élections".

C'est un résumé décrivant les événements remarquables survenus hier, qui montre que le président Donald Trump est prêt à faire tout ce qu'il faut pour sauver cette nation de la tyrannie, qui a commencé par l'envoi d'un message au peuple américain sur ce qui se passe et par son appel : "C’est une tentative de voler une victoire écrasante… je ne puis pas laisser faire", qui a été rapidement suivie par son message déclarant : "Le 6 janvier, à 11 heures, aura lieu le GRAND rassemblement de protestation à Washington D.C. La localisation exacte va suivre. StopTheSteal [Stop au vol]".

Le site web "March For Trump" est alors apparu soudainement pour que le peuple américain puisse répondre à cet événement. Après quoi le président Trump a posté un message vidéo exhortant ses dizaines de millions de sympathisants à venir le soutenir avec le message suivant : "Cela pourrait être le plus grand événement de l'histoire de Washington DC !".

Les mesures prises par le président Trump contre cette élection corrompue et volée sont ensuite rejointes par l'article "La Grande Révélation - Comment Trump Va Changer l’Histoire le 6 Janvier", dans lequel il note de nombreux faits troublants tels que "Dan Scavino affichant le mème "GAME ON" [le jeu est en court], avec Pence dans la porte entre l'obscurité et la lumière...Le 6 janvier, tout membre du Congrès qui vote pour la liste Biden d'électeurs frauduleux admet sa complicité dans la trahison et peut être arrêté et poursuivi...Le gouverneur et le secrétaire d'État de Géorgie ordonnent la destruction massive des faux bulletins de vote, en essayant de détruire les preuves le plus rapidement possible avant qu'ils ne soient tous deux arrêtés et poursuivis".

Tous ces événements sont attendus par les membres du Conseil de sécurité qui, contrairement à la grande majorité du peuple américain, connaissent la vérité : l'article II de la Constitution fait du président Trump le responsable suprême de l'application de la loi aux États-Unis. Il s'agit d'un mandat constitutionnel, qui subordonne chaque agence fédérale américaine d'application de la loi, chaque organisation de renseignement et chaque ministère de la justice au président Trump, ce qui signifie que, seul et par lui-même, le président Trump a toute autorité pour inculper et poursuivre pénalement toute personne trouvée coupable de fraude lors d'une élection fédérale américaine.

Un fait connu avec certitude par les 140 des 211 membres du Parti républicain à la Chambre des représentants des États-Unis, qui ont juré de voter contre la certification de cette élection au motif que les résultats dans certains États ne sont pas fiables, et par le sénateur américain Josh Hawley, qui s'oppose également à la certification de cette élection - tous sachant que la certification d'une élection corrompue et volée est un grave crime fédéral américain. Bien que le plus étonnant à remarquer soit les socialistes démocrates, qualifiant maintenant de "tentative de coup d’État" l'objection du sénateur Hawley à la certification. Soit les mêmes socialistes démocrates, qui se sont eux-mêmes opposés à la certification par les républicain lors de chaque vote présidentiel de ce siècle.

Bien que pour comprendre pourquoi les socialistes démocrates sont vraiment terrorisés par l'objection du sénateur Hawley, il faut savoir que les membres du Conseil de sécurité ont noté la semaine dernière, que cela signifie que le 6 janvier deviendra l'un des jours les plus importants de l'histoire américaine.

Car il met la loi jamais utilisée connue sous le nom de Loi sur le décompte électoral de 1887, non testée et peut-être inconstitutionnelle, sur une trajectoire de collision directe avec le 12ème Amendement à la Constitution des États-Unis d’Amérique, qui est la loi suprême des États-Unis (amendement aussi connu comme "l'Élection contingente »).

La différence essentielle entre les deux étant que, alors que la loi de 1887 sur le décompte des voix prévoit qu'un vote majoritaire des membres à la Chambre des États-Unis peut statuer sur les objections, le 12e Amendement ordonne que ce vote à la Chambre des États-Unis soit effectué par les délégations des États. Or dans le cas présent, il y a une Chambre des États-Unis dont les membres majoritaires appartiennent au parti socialiste démocrate, mais dont les membres du parti républicain constituent la majorité des délégations des États (26 à 24).

Le sénateur américain Ted Cruz, qui est un spécialiste renommé du droit constitutionnel, connaît très certainement les faits relatifs à la loi fédérale américaine par rapport à la Constitution. Il est essentiel de le remarquer car, immédiatement après que le président Trump ait envoyé ses messages historiques hier, ils ont été suivis par la publication de ce document étonnant par le sénateur Cruz :

"Déclaration commune des sénateurs Cruz, Johnson, Lankford, Daines, Kennedy, Blackburn, Braun, des sénateurs élus Lummis, Marshall, Hagerty, Tuberville" - un document sans précédent et historique dans lequel onze sénateurs du Parti républicain américain, actuels et futurs, ont déclaré qu'ils voteraient pour rejeter les votes du Collège électoral de certains États le 6 janvier comme "non légalement certifiés", à moins que le Congrès américain ne nomme une commission pour mener "un audit d'urgence de 10 jours des résultats des élections". -

Ce serait un audit de 10 jours avec "une autorité complète d'enquête et d'établissement des faits", et par la suite, "les États individuels évalueraient les conclusions de la Commission et pourraient convoquer une session législative spéciale pour certifier un changement dans leur vote, si nécessaire" - et quelques minutes après la publication de ce document, le chef de cabinet du vice-président Mike Pence, Marc Short, a publié une annonce indiquant : "Le vice-président Pence partage les préoccupations de millions d'Américains concernant la fraude électorale et les irrégularités lors des dernières élections... Le vice-président salue les efforts des membres de la Chambre et du Sénat pour utiliser l'autorité que leur confère la loi afin de soulever des objections et de présenter des preuves au Congrès et au peuple américain le 6 janvier".

Des événements étonnants et manifestement coordonnés qui, à leur tour, ont déclenché une tempête médiatique de propagande de gauche, dont les cris du New York Times sont le meilleur exemple : "Ni M. Pence ni aucun des sénateurs qui ont dit qu'ils voteraient pour invalider l'élection n'ont fait une allégation spécifique de fraude", et le Washington Post s'est mis à pleurer : "Trump a clairement fait connaître son objectif avec le processus de certification, renverser les résultats d'une élection qu'il affirme avoir été "truquée", bien qu'il n'ait produit aucune preuve pour appuyer cette affirmation". Des cris et des pleurs de rage, cependant, n'ayant rien à voir avec les faits ou la réalité, car les allégations spécifiques de fraude dans cette élection sont accablantes, et les preuves pour appuyer ces allégations de fraude ont en effet été produites dans plusieurs tribunaux fédéraux et d'État américains.

Bien que presque tous aient été rejetés sans qu'aucune de ces preuves n'ait été entendue - et bien que ces crimes électoraux soient si nombreux, dangereux pour la démocratie et flagrants, que l'ancien haut responsable de la CIA Robert Caron a maintenant réuni un groupe de travail de plus de 400 anciens officiers de renseignement du FBI, de la CIA, du renseignement militaire, de la DIA et de l'Agence de sécurité nationale pour enquêter sur la façon dont cela a pu se produire et sur les responsables.

Tout cela se passe exactement au même moment où des multitudes d'Américains commencent leur voyage vers Washington D.C. pour y être présents le jour historique du 6 janvier, et dont on parle maintenant en disant : "D'après ce que l'on peut constater sur les médias sociaux et les communications de la base vers la CTH (Conservative Tree House), cela s'annonce comme le plus grand rassemblement de Washington D.C. de l'histoire récente ». Des américains qu'hier, samedi 2 janvier, se sont rassemblés par milliers depuis l’océan Atlantique… jusqu'au Pacifique.

Traduit avec DeepL et corrigé par Louis Lazaro, EsperantiX

Trois vidéos en anglais ainsi que les références de toutes les affirmations à regarder sur le site source :

https://www.whatdoesitmean.com/index3440.htm

Posted in: Independent Press
Topics: #trump
Like (4)
Loading...
Love (2)
Loading...
6
GRACE LOPICCOLO
L'Ombre sert la Lumière et Donald Trump est soutenu par cette dernière...
1
1
4 January, 16:06 pm
Merci bcp. Tout est bien clair, bien préparé, bien prouvé, bien justifié et légalement organisé. Bravo a l'équipe!!
1
1
4 January, 16:27 pm