Fab sxm
by on 23 September, 16:45 pm
2,354 views

 

Le 19 septembre 2022

 

Des scientifiques travaillant sur l'étude la plus autorisée sur le changement climatique ont été incités à dissimuler le fait que la température mondiale n'a pas augmenté au cours des 15 dernières années, affirme-t-on.

 

La fuite d'une copie d'un rapport des Nations unies, compilé par des centaines de scientifiques, montre que des hommes politiques en Belgique, en Allemagne, en Hongrie et aux États-Unis ont exprimé des inquiétudes quant au projet final.

 

Publié la semaine prochaine, le rapport devrait aborder le fait que 1998 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée et que les températures mondiales ne l'ont pas encore dépassé, ce que les scientifiques ont jusqu'à présent eu du mal à expliquer.

 

Le rapport est le résultat de six années de travail du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations unies, qui est considéré comme l'autorité mondiale sur l'étendue du changement climatique et ses causes - sur lesquelles les gouvernements, y compris celui de la Grande-Bretagne, fondent leurs politiques vertes.

 

Mais des documents divulgués, vus par l'Associated Press, ont révélé hier de profondes inquiétudes parmi les politiciens quant à l'absence de réchauffement de la planète au cours des dernières années.

 

L'Allemagne a demandé que les références au ralentissement du réchauffement soient supprimées, affirmant qu'une période de 10 ou 15 ans seulement était "trompeuse" et qu'il fallait se concentrer sur des décennies ou des siècles.

 

La Hongrie craint que le rapport ne fournisse des munitions aux négateurs du changement climatique d'origine humaine.

 

La Belgique s'est opposée à l'utilisation de l'année 1998 comme année de départ pour les statistiques, car elle a été exceptionnellement chaude et donne un aspect plat au graphique.

Elle a suggéré d'utiliser plutôt 1999 ou 2000 pour obtenir une courbe plus ascendante.

 

La délégation des États-Unis est même intervenue, exhortant les auteurs du rapport à expliquer l'absence de réchauffement par l'"hypothèse principale" des scientifiques, selon laquelle le moindre réchauffement est dû à l'absorption d'une plus grande quantité de chaleur par l'océan, qui s'est réchauffé.

 

Le dernier "rapport d'évaluation" du GIEC a été publié en 2007 et a fait l'objet d'une énorme controverse après avoir dû corriger l'affirmation embarrassante selon laquelle l'Himalaya fondrait d'ici 2035.

 

Il a ensuite été englouti dans le scandale du "Climategate", à la suite de la fuite de courriels montrant que des scientifiques impliqués dans le rapport avaient tenté de manipuler leurs données pour les rendre plus convaincantes, bien que plusieurs enquêtes aient conclu à l'absence de tout acte répréhensible.

 

Le dernier rapport, qui compte 2 000 pages, sera présenté aux représentants des 195 gouvernements la semaine prochaine lors d'une réunion à Stockholm, où ils pourront discuter des modifications qu'ils souhaitent apporter.

 

Mais depuis sa publication en juin, les gouvernements ont soulevé des centaines d'objections à propos du résumé de 20 pages destiné aux décideurs politiques, qui résume les conclusions des scientifiques.

 

Les conclusions de ce rapport guideront les politiques en matière d'énergies renouvelables et le montant que les consommateurs et les entreprises devront payer pour y accéder.

 

Le rapport devrait indiquer que le taux de réchauffement entre 1998 et 2012 était environ deux fois moins élevé que le taux moyen depuis 1951, ce qui s'explique par des variations naturelles telles que les cycles océaniques El Niño et La Niña et les effets de refroidissement des volcans.

 

Un climatologue allemand - Stefan Rahmstorf, qui a examiné le chapitre sur le niveau des mers - a admis hier qu'il était possible que les auteurs du rapport se sentent sous pression pour aborder le ralentissement du réchauffement en raison du "débat public" autour de cette question.

 

Le projet de rapport, qui ne constitue pas une nouvelle recherche mais une synthèse de tous les travaux effectués par les scientifiques du monde entier, risque d'être fortement contesté lors de la réunion de trois jours.

Il prouvera que l'homme est à l'origine du réchauffement de la planète par le biais des émissions de carbone.

 

Mais les scientifiques sont sous pression pour expliquer pourquoi le réchauffement n'a pas dépassé les niveaux de 1998 alors que la décennie 2000-2010 a été la plus chaude jamais enregistrée.

 

Alden Meyer, de l'Union of Concerned Scientists basée à Washington, a déclaré hier : Je pense que le fait de ne pas l'aborder serait un problème, car les négationnistes diraient alors : "Regardez, le GIEC est silencieux sur cette question".

 

Jonathan Lynn, un porte-parole du GIEC, a déclaré hier : Il s'agit de l'aboutissement de quatre années de travail de centaines de scientifiques.

Les gouvernements ont la possibilité de s'assurer que le résumé destiné aux décideurs est clair et concis, dans le cadre d'un dialogue avec les scientifiques qui l'ont rédigé, et ils ont la possibilité de soulever tous les sujets qui, selon eux, devraient être mis en évidence.

 

 

Posted in: Independent Press
Like (12)
Loading...
Love (1)
Loading...
13
Normand Allard
« Claire et concis » ne veut pas dire honnête et réel. Ce sont deux choses totalement différentes. On nous a MENTI depuis très longtemps, plusieurs décennies et ces scientistes, criminels de la climatologie se préparent à nous en passer d'autres. QUI donnent ces ordres et COMBIEN PAIE-T-ON ces scien... View More
4
3
1
23 September, 22:47 pm Edited
Xavier Tonon
Ails ont toute les ba'ques pour eux mais ils le payerons tous un jour ou l'autre sa persone ne pourra échappé à se qui arrive la ?
1
1
24 September, 08:50 am
Al Po
Bravo mdr☝️
24 September, 08:24 am