Jean-Luc Catoire
by on 28 November, 17:19 pm
504 views

Les Gardiens assassins de Erik Hooks prennent 25 ans de Prison !

Les Gardiens du GITMO, à Guantanamo, qui ont assassiné Erik Hooks, massacreur de la FEMA à Hawaï, acceptent de plaider coupable et prennent 25 ans de Prison Ferme !

Les gardiens de Guantanamo Bay qui ont battu à mort le détenu Erik Hooks ont accepté un accord au lieu d'une cour martiale qui aurait pu les faire pendre et entacher la réputation irréprochable du JAG, a déclaré une source du JAG à Michael Baxter 

Comme nous l'avons rapporté la semaine dernière, deux gardes de sécurité du Camp Delta, désormais identifiés comme des soldats du 525e bataillon de police militaire de l'armée, ont battu Hooks avec des matraques en acier, des poings et des pieds pendant un passage à tabac qui a duré huit minutes. 
Un médecin légiste a conclu que Hooks, dont les dents avaient été arrachées et le crâne fracassé, était mort avant que les gardes ne cessent de le frapper comme une piñata.
D'après les images de la caméra corporelle, les gardes, qui sont noirs, ont traité Hooks de "honte de l'État Profond pour votre race" alors qu'ils lui brisaient la mâchoire et ont dit "C'est pour tout le monde à Maui" tout en le frappant à coups de matraque. 
Bien que le JAG ait tenté d'entourer le massacre de septembre de secret - menaçant même de punir les fuites - les histoires de la mort de Hooks et de la raison pour laquelle les gardes l'ont exécuté sans pitié se sont répandues comme un feu à travers Camp Delta et dans d'autres zones de la base. 
Et comme dans le jeu d'enfants "Téléphone", chaque récit de la mort de Hooks ajoutait de nouvelles fioritures, souvent fantastiques, à un destin déjà macabre. 
"Ils ont arraché les dents de Hooks avec des pinces, puis ils ont travaillé sur ses doigts et ses orteils. 
Puis ils lui ont enfoncé un manche à balai dans la gorge", disait une version de l'histoire. 
Au lieu de détester le comportement anarchique des gardes, les autres gardiens les appelèrent "guerriers de la justice", et les coupables devinrent des célébrités locales. 
L'attaque a incité le JAG à isoler les accusés dans un bloc cellulaire vacant considéré comme trop humain pour les prisonniers de l'État Profond.
Là, accusés de meurtre avec préméditation, les gardiens ont croupi jusqu'à ce que le JAG trouve quoi faire d'eux. 
"Il y a eu beaucoup de réunions nocturnes à propos de ces deux-là", a déclaré notre source. 
"Le JAG ne voulait pas de cirque, à GITMO ou ailleurs. 
Et les gars qui ont fait ressembler le visage de Hooks à du fromage blanc, eh bien, ils n'avaient aucun remords. 
En fait, ils ont dit que s'ils pouvaient revenir en arrière, ils referaient la même chose, en appelant cela un homicide justifiable. 
Et si, juste si, ils allaient en cour martiale et trouvaient des oreilles compatissantes dans le jury - improbable, je sais. 
Mais cela encouragerait davantage le vigilantisme", a déclaré notre source. 
Le JAG s'est trouvé confronté à un dilemme : éviter le cirque tout en ne semblant pas cautionner un meurtre manifeste. 
L'article 118 (4) du Code uniforme de justice militaire exige (a) un décès, (b) que l'accusé ait causé le décès par un acte de commission, (c) que le meurtre ait été illégal, et (d) qu'au moment du meurtre, l'accusé ait eu le dessein prémédité de tuer. 
La mort de Hooks répondait objectivement à ces critères, puisque les gardiens, ayant renoncé à leur droit à l'assistance d'un avocat, ont avoué qu'ils avaient attendu pendant des jours une occasion de le tuer. 
Une condamnation entraîne soit la peine de mort, soit une peine d'emprisonnement à vie. 
Notre source a déclaré que la semaine dernière, la direction du JAG, dans un geste sans précédent, a invoqué une dispense spéciale, offrant aux gardiens une peine de 25 ans sans possibilité de libération conditionnelle à la place d'un procès avec jury. 
Les gardiens ont accepté sans condition. 
"Les dirigeants leur ont fait comprendre qu'ils seraient probablement pendus et qu'ils ne voulaient pas être pendus comme des ordures de l'État Profond. 
Ils ont dit qu'ils accepteraient 25 ans seulement s'ils n'avaient pas à écrire une déclaration de contrition", a déclaré notre source. 
Les gardiens, âgés de 24 et 27 ans, connaîtront la liberté en 2048. 
Pour conclure, nous avons demandé à notre source si le Vice-Amiral Crandall avait signé l'accord. 
"C'est l'officier qui peut conclure cet accord", a-t-il répondu de manière évasive.


Par Michael Baxter le 27 novembre 2023 : 
https://realrawnews.com/2023/11/gitmo-guards-who-murdered-erik-hooks-take-plea-deal/
Posted in: News
Like (8)
Loading...
Wow (1)
Loading...
9
Girouard Madeleine
Merci Jean-Luc, Il y a des moments où nous comprenons la réaction des gardiens mais pour que nous ne tombions pas dans le piège de faire justice soi-même, le Vice-Amiral Crandall a fait ce qu'il devait faire pour honorer la JUSTICE. Je pense que ces jeunes gardiens l'avaient aussi compris.
2
2
28 November, 18:00 pm
Marilou Teyssier
Au fiinal, ces deux gardes ne valent pas mieux que ce Hooks , quand on est capable d'autant de cruauté envers quelqu'un, on n'est pas digne de représenter la justice ......
5 December, 18:02 pm